Une vie au fil des pages : des livres pour exister, des histoires à raconter

Les élèves de 2ème année liront « Le journal d’Anne Frank » et  découvriront la vie d’une jeune fille de leur âge, passionnée par la lecture et l’écriture, mais vivant cachée à cause de la barbarie nazie. Ils découvriront un genre littéraire, l’autobiographie, et un style littéraire, l’écriture  réaliste.  Le projet d’une classe deviendra le projet d’une école car les élèves de deuxième K présenteront le travail aux élèves de première année. Divers cours entreront en résonance avec ce projet : les cours de religion, d’EDM et de français. Les élèves liront aussi « L’enfant du 20ème convoi » de Simon Gronowsky. Ils visiteront aussi l’exposition « Plus Jamais ça » à la Cité-Miroir, à Liège, et iront à Amsterdam visiter la maison d’Anne-Frank. 

Ecole : Collège Notre Dame Sainte Croix de Hannut

Thème(s) abordé(s) : lecture, devoir de mémoire

Projet sélectionné pour l’appel à projet 2019 – 2020

 

15 et 16 Octobre 2019 – Hannut, Collège Sainte Croix- Notre-Dame

Avec leur professeur de français, Madame Marchal, les élèves de 2e K (du collège Sainte Croix – Notre-Dame de Hannut) ont visité l’exposition « Plus jamais ça ! » à la Cité-Miroir au centre de Liège.

Pendant toute la durée du parcours, les élèves ont observé très attentivement les documents audiovisuels présentés. Les images et les commentaires sont extrêmement parlants.

Dans la deuxième partie de la visite, les jeunes ont eu la possibilité de mettre en évidence les points principaux : les évènements – la montée du Reich – le racisme et l’extrémisme. Avec l’animatrice, ils ont également pu identifier les phénomènes actuels qui ressemblent à cette « terrible » période.

Manifestement cette exposition les a marqués.

Le lendemain, dans leur école, les élèves ont rencontré Madame Suzanne Van Puyvelde qui les avait accompagnés la veille à la cité-Miroir.

Le témoin leur a raconté son histoire, elle qui a connu la Seconde Guerre mondiale à l’âge de 9 ans. En répondant aux questions des jeunes, elle leur a fait « revivre » la guerre, les conditions de vie à cette époque, les déportations, les camps de concentration, les violences et les peurs.

Agée aujourd’hui de 89 ans, elle désire témoigner afin de nourrir l’essentiel « devoir de mémoire ». Au-delà de son récit, elle désire encourager les jeunes à la résistance face aux extrémismes et aux préjugés d’aujourd’hui.

Un dialogue très vrai, marqué par la spontanéité et une saine curiosité, mais aussi par la qualité des réponses de Madame Van Puyvelde.

Madame Marchal va poursuivre son approche littéraire, notamment en faisant lire des extraits du « Journal d’Anne Frank ».