Personnage en liberté

Le projet concerne les élèves d’une classe de 2esecondaire. Cours :  groupe d’activité complémentaire « Français approfondi ».

Il s’agit d’un groupe d’élèves au parcours scolaire souvent chaotique, dont le français n’est pas forcément la langue maternelle et qui sont, pour grand nombre d’entre eux, en décrochage scolaire. Cette activité complémentaire poursuit donc l’objectif de leur redonner le « goût » de l’école par le biais du français.

L’analyse fine du premier roman d’un jeune auteur belge, « A la croisée des destins » de Valentin Rousseau, a pour but de faire ressortir « l’essence » de chaque chapitre. Selon la représentation que les élèves se feront de l’histoire, celle-ci est réinterprétée en variant les procédés artistiques : transposer un chapitre en film, en roman-photo, ou encore en application (QR code) ; représenter un autre chapitre par la peinture ; enregistrer une lecture audio pour un troisième ; etc.

L’ensemble de ces « créations » seront numérisées et assemblées pour ainsi constituer une bd numérique (à partir du site wix.com) avec l’objectif de la diffuser au plus grand nombre.

Ecole : Athénée Royal Paul Brusson à Montegnée

Thème(s) abordé(s) : expression orale, multimedia, décrochage scolaire

De Montgenée à Virton, sur les traces du souvenir

Montegnée, janvier 2018 et avril 2018.

Le projet de Madame Rosa Quaranta, professeure à l’Athénée Paul Brusson à Montegnée, fait partie des projets sélectionnés par le jury du Fonds Victor pour l’année 2017-2018.

La classe travaille sur Le doigt tendu, un livre de l’écrivain et poète belge Claude Raucy qui prête un concours actif au projet.

L’objectif de l’enseignante et de l’écrivain est de donner aux élèves des outils pour s’approprier les richesses de l’écriture et de la lecture. Claude Raucy donc imaginé de proposer aux élèves de rédiger des histoires en partant de son récit.

Le Fonds Victor rend visite à la classe un jour de janvier 2018 en tout début de matinée.

Le cours commence par une courte présentation du Fonds Victor à des élèves réceptifs et intéressés. Puis Claude Raucy résume ce que les élèves ont réalisé depuis la mise en œuvre du projet. À la demande de leur professeure, deux élèves expliquent que tous leurs textes seront réunis en un volume. Ce projet de livre est un objectif qui les motive et les rend très fiers.

En avril, les élèves iront présenter leur projet à l’Athénée Nestor Outer de Virton, un établissement scolaire où Claude Raucy a été élève et où il a enseigné.

L’écrivain passe en revue les textes déjà corrigés, félicitant les élèves pour les réalisations menées à bien, expliquant les faiblesses, valorisant les points forts de chaque texte.

Pendant que les élèves travaillent, l’enseignante et l’écrivain circulent de l’un à l’autre, répondant aux questions, encourageant, stimulant… À ce rythme, le temps passe vite. Déjà, le cours est terminé. On se retrouvera à Virton.

Virton, avril 2018.

La journée commence sur le parking de l’école d’où un car emmène à Virton les élèves, leur professeure, Claude Raucy et la représentante du Fonds Victor.

Il fait magnifique, tout le monde est content. Évoquer Virton, sa région natale, met des étoiles dans les yeux de l’écrivain. Vers 10 h, le groupe arrive à bon port, chaleureusement accueilli par le préfet de l’athénée de Virton et une professeure de français, Madame Jourdan.

Les élèves des deux classes prennent place sur les gradins de la salle des fêtes. Rosa Quaranta et Claude Raucy détaillent le projet avec un enthousiasme communicatif et une fierté légitime : non seulement le travail a été mené à bien mais il est de qualité.

Les élèves de Virton écoutent avec une admiration non feinte les textes écrits par leurs camarades liégeois. Chaque enseignant, chaque élève des deux écoles reçoit un exemplaire du livre. Un beau moment !

La journée se poursuit par une visite de la ville. Claude Raucy guide le groupe, montrant les lieux qu’il a connus dès l’enfance et dont certains l’ont inspiré pour écrire son roman.

L’expédition s’achève dans la bonne humeur, chacun étant ravi et fier d’avoir participé à un tel projet.